back 26 04 Sauver le climat ? back 26 04

Non, le nucléaire ne sauvera pas le climat !


Pourquoi ?

Non seulement le bilan carbone des centrales nucléaires est mauvais mais il comporte des inconnues qui pourraient l’alourdir dramatiquement.

On sait que la filière de production d’électricité nucléaire comporte de nombreuses étapes qui nécessitent beaucoup d’énergie d’origine fossile et donc émettent des gaz à effet de serre (extraction du minerai, broyage, raffinage, enrichissement de l’uranium, fabrication des barres de combustible, construction et démantèlement des centrales, conditionnement et stockage des déchets).

L’empreinte carbone des centrales va nécessairement augmenter au fil du temps en raison de la difficulté croissante de l’extraction d’uranium. Des gouvernements tentent de repousser leurs objectifs climatiques tout en présentant le prolongement du nucléaire comme une solution pour le climat, cela freine les investissements dans les énergies renouvelables, les seules qui offrent une certaine pérennité.

FluorChlore En plus de ces certitudes, pour plusieurs étapes de la filière nucléaire, les données ne sont pas disponibles. Pour l’enrichissement de l’uranium, l’industrie nucléaire consomme annuellement 150 000 tonnes de fluor et de chlore, produisant des gaz à effet de serre bien plus délétères que le CO2. Que deviennent-ils ? Quelle proportion est relâchée dans l’atmosphère ? Quel effet sur le réchauffement climatique ? Personne ne peut répondre à ces questions.

Le bilan carbone de la gestion des déchets radioactifs est incalculable puisqu’aucune solution n’existe à l’heure actuelle à part les léguer aux générations futures avec un impact environnemental prévisible pour les nappes aquifères, si enfouissement, et imprévisible pour les déchets « à l’air libre ».

Auprès de nombreuses institutions, le lobby du nucléaire a imposé l’idée fausse que le nucléaire est une source d’électricité « bas carbone » qui émettrait aussi peu de gaz à effet de serre par kilowatt-heure produit que l’éolien. En réalité, le nucléaire libère huit fois plus de gaz à effet de serre par kilowatt-heure produit que l’éolien, ceci sans tenir compte des inconnues de l’enrichissement de l’uranium et de la gestion des déchets pendant plus de cent mille ans. De plus, la mise en œuvre de l’éolien coûte 2 fois moins cher et son implantation est beaucoup plus rapide.

Et ceux qui croient à tort que prolonger le nucléaire indéfiniment est une solution pour sauver le climat, que font-ils des risques du nucléaire ?

Les informations complémentaires et les sources de ce qui est écrit ici sont disponibles sur le site de Fin du Nucléaire asbl